istock 1284310497

CBD, légal ou pas ?

Le chanvre est une plante aux déclinaisons peu connues, fondant son interdiction un peu partout dans les systèmes juridiques. Cependant, des études montrent qu’il contient des cannabinoïdes pouvant être utiles comme le CBD. Toutefois, beaucoup de personnes doutent de la légalité de ce dernier.

Le cannabidiol (CBD) est le second cannabinoïde le plus présent à l’état naturel dans le cannabis. Il n’est pas considéré comme une substance illicite, mais sa production, sa commercialisation et sa consommation font l’objet de restrictions au regard du THC. 

Après avoir comparé le CBD aux effets des substances illicites, il sera évoqué la légalité ou non du CBD comme médicament et les restrictions qui l’entourent. 

Le CBD fait-il partie des substances illicites ?

La légalité du cannabidiol reste un sujet polémique au travers des législations. Pour mieux comprendre le statut juridique qui est le sien, il convient de faire le point sur ses usages au regard des substances illégales connues. D’abord, il existe deux sortes de cannabis encore appelé chanvre. D’une part, il y a le chanvre dont la production est destinée à l’industrie du textile. Cette catégorie de chanvre ne contient que très peu de quantité de THC. Parfois, elle n’en contient presque pas. D’autre part, il y a le chanvre à partir duquel il est procédé à l’extraction de la marijuana et du hachich. Cette catégorie de chanvre est donc destinée à la production des drogues.

La légalité ou l’illégalité de ces substances est déterminée par rapport à la présence de la molécule de THC. En effet, le THC est une substance qui conduit à la dépendance. Contenue dans la plante de chanvre, elle provoque un état second chez les consommateurs, procédant à une altération des fonctions du cerveau. Le THC est donc une substance psychotrope considérée comme une drogue du fait de sa capacité à produire des sensations d’euphorie et à conduire à l’addiction. Pour ces raisons, il fait l’objet d’interdiction dans la plupart des pays du monde. D’un point de vue juridique, le THC n’est donc pas admis. 

La légalité du CBD est donc à apprécier au regard de cette molécule et en lien avec les effets généralement connus des substances illicites. On remarque que le CBD est extrait du chanvre, tout comme le THC. Cependant, les deux ne possèdent pas les mêmes propriétés et n’agissent donc pas sur l’organisme de la même manière. Pendant que le THC est euphorisant et addictif, le CBD ne l’est pas. Il n’influence donc pas la lucidité des individus et possèdent des vertus thérapeutiques. Le CBD n’est donc pas une substance illicite puisque ne possédant pas les effets connus des substances illicites.

Le CBD est-il légalement autorisé pour usage médical ?

Le CBD est perçu comme un produit naturel, par opposition aux molécules chimiques qui provoquent généralement la méfiance des consommateurs. Outre cet aspect, ce sont ses vertus thérapeutiques qui sont mis en avant. D’ailleurs, l’organisme humain possède un système endocannabinoïde. Ce dernier produit naturellement des substances très proches des molécules actives du cannabis. 

Des études menées un peu partout à travers la planète ont prouvé qu’effectivement, le CBD a des effets thérapeutiques pour les humains et les animaux. Il contribue entre autres à la réduction de l’anxiété, des troubles du sommeil, des nausées et vomissements, notamment liés aux chimiothérapies. Il participe à la réduction de la prise de poids, des inflammations, des crises d’épilepsie, maladies cardiovasculaires et diabète. Il est aussi un remède pour certaines maladies affectant la peau comme l’acné et le psoriasis. Le CBD soulage des douleurs dites neuropathiques qui sont difficiles à calmer par les médicaments tels que le paracétamol ou la morphine. Une étude a prouvé que les cannabinoïdes ont une action sur la réduction des cellules cancéreuses, lorsque CBD et THC sont associés.

Cependant, à proprement parler, le cannabidiol ou CBD n’est pas officiellement considéré comme étant un médicament. Il est vrai qu’il entre dans la composition de certains médicaments comme principe actif, mais pris isolément, il n’est pas autorisé comme médicament. Il ne peut donc pas être prescrit par un médecin de façon isolée, ce dernier n’ayant reçu que l’autorisation de prescrire des médicaments officiellement reconnus. De plus, bien qu’utilisé de nos jours comme complément alimentaire, le CBD n’est pas pris en charge par l’assurance maladie ou la mutuelle de santé.

Il y a-t-il des restrictions autour des produits à base de CBD ?

Le cannabidiol est disponible dans de nombreux produits et peut être retrouvé en vente libre dans de nombreuses villes au monde. A partir de la fleur de cannabis, le cannabidiol qu’elle contient peut être consommé. De nombreuses personnes le consomment par vaporisation. D’autres préfèrent la fumer. Toutefois, son infusion permet tout aussi de jouir de ses propriétés. Il existe également d’autres produits à base de CBD. Il s’agit par exemple de la crème au CBD, des e-liquides au CBD et des huiles au CBD.

Le Parlement européen et la Mission interministérielle de lutte contre les drogues et les conduites addictives (MILDECA) ont affirmé que le CBD était légal à la production. Ils se sont également prononcés sur la légalité de sa commercialisation et de sa consommation. Le taux de delta-9-tétrahydrocannabinol (THC) fixé par l’Union Européenne est de 0,2%. Les plantes cultivées ne doivent pas contenir un taux de THC supérieur à cette valeur indiquée. Le THC est, en effet responsable des effets planants provoqués par la consommation de la marijuana. Le cannabis illégal est donc celui contenant un fort taux de THC. De nombreux pays ont repris cette restriction. D’autres ont érigé une obligation d’obtention de licence avant toute production de CBD. Dans certains pays, la vente est aussi subordonnée à une licence de vente ou de revente.

Le CBD fait-il l’objet des tests salivaires effectués par les forces de l’ordre ?

Pour des mesures de sécurité, les forces de l’ordre procèdent le plus souvent à des contrôles salivaires en vue de détecter la consommation des produits stupéfiants. Il s’agit donc d’un test de dépistage de drogues. Dès lors que le résultat s’avère positif pour la personne qui est au volant, ce dernier s’expose à de lourdes sanctions. Dans les pays comme la France, elle risque de perdre des points sur son permis. Le véhicule peut également être immobilisé. Dans les cas d’accidents, un résultat positif peut être considéré comme une circonstance aggravante et l’auteur peut risquer la prison ferme. 

La consommation des produits de CBD non fumés ne constitue aucun risque lors de ces tests salivaires de la gendarmerie. Cela se justifie par plusieurs raisons. D’une part, la consommation de la molécule de cannabidiol est autorisée. Sa présence est retenue dans certains médicaments comme le Sativex qui est disponible en pharmacie. D’autre part, lors des tests salivaires, ce n’est pas le cannabidiol qui est recherché, mais plutôt un acide du THC. Il s’agit du THCA qui est l’une des composantes de la plante de cannabis. En réalité, c’est du THCA qu’on obtient le THC par un processus de décarboxylation qui a lieu par séchage de la plante de cannabis. C’est donc l’acide en question qui fait l’objet de contrôle puisque la consommation laisse des résidus dans la bouche. Ces résidus peuvent y subsister pendant six (06) heures de temps environ. Il n’existe qu’une seule possibilité pour que vous soyez positif au test salivaire. C’est dans le cas ou la fleur à l’origine du produit que vous avez utilisé contenait une proportion de THC élevée, c’est-à-dire qui dépasse 0,2%. C’est la seule explication logique et rationnelle qui puisse être trouvée. Vous n’avez donc aucune crainte à avoir pour les contrôles salivaires puisque ce n’est pas le CBD qui est recherché.

Questions relatives :

Le CBD est-il dangereux ?

Le CBD possède des vertus thérapeutiques. Même s’il ne présente a priori pas de danger pour la santé, sa surconsommation peut s’avérer dangereuse. La consommation excessive de produits au CBD pourrait avoir pour effet de saturer les récepteurs sensibles à cette molécule. Il peut aussi entrainer la somnolence et bien d’autres effets indésirables.

Ceci devrait vous intéresser : Cbd bon ou mauvais ? 

Quels produits CBD consommer pour la sûreté ?

Il existe de nombreux produits aux CBD sur le marché. La popularité de la molécule a eu un effet d’inventivité auprès des fabricants. Ces derniers inondent le marché de produits à voies de consommation diverses. Toutefois, il convient de rester prudent et ne consommer que les produits qui présentent le taux légal de THC autorisé.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.