istock 1327727106

Cbd bon ou mauvais ? 

Le cannabidol (CBD) alimente de vifs débats tendant à élucider la question de son importance pour les consommateurs. Pourtant, l’on ne devrait pas se plier en quatre pour se situer du bon côté par rapport au débat. Même si des voix contradictoires s’élèvent, l’inquiétude n’est pas la bienvenue.

Toutes les données nous permettent de dire que le CBD est bon. Il est utilisé dans le traitement et la gestion de certaines crises neurologiques. C’est une substance qui se distingue nettement du THC qui lui est reconnu comme un véritable danger. 

Les études qui attestent de l’utilité du CBD sont légions comparativement à celles qui divergent sur ce point. Alors, que retenons-nous concrètement sur d’éventuels risques du CBD sur la santé ? Ne doit-on pas admettre sans gêne le bon caractère du Cbd ? 

Le CBD présente-t-il des vertus ?

Il faut reconnaître en toute honnête que le CBD regorge d’énormes vertus. Cela paraîtrait banal parce que beaucoup ne voient que de mauvaises choses dans le cannabis. L’idéal c’est d’accepter que toutes les substances du cannabis ne sont pas dangereuses. Il y en a qui sont très répandues dans la pharmacopée et d’autres en sont proscrites. Le CBD en question à l’avantage d’être une bonne substance du chanvre. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’il ne fait pas l’objet de répression en circulation dans de nombreux pays. Toutefois, le respect d’une dose donnée de THC est rigoureusement exigé dans les plantes de chanvre. Le taux de THC autorisé à être contenu dans la plante ne doit pas dépasser 0,2%. 

Cet article pourrait vous intéresser : Quand fumer du CBD ?

Le CBD est un bon compagnon pour mettre fin à l’anxiété et à la dépression. Il joue un rôle régulateur en faveur de l’humeur et prévient les différentes phases de l’évolution vers la dépression. De même, le cannabidol soulage certains patients atteints de psychose. Il inhibe l’effet de cette maladie et permet au malade de s’en sortir victorieux. De plus, il aide à traiter les vomissements et nausées d’une certaine catégorie. Souvent, il agit lorsque ces malaises tirent leur source des effets secondaires d’une chimiothérapie. Le cancer, le diabète ainsi que les inflammations sont ainsi à guérir avec le CBD. 

Le CBD a-t-il des effets psychoactifs ?

Pas du tout ! Indifféremment du THC, le cannabidiol n’engendre aucune réaction psychoactive. Il urge de préciser que le CBD n’a rien à avoir avec les substances psychotropes. Ceci étant, il ne met pas en mal le fonctionnement du système nerveux central. L’utiliser ne favorise donc en aucun cas des troubles de conscience. Même à forte consommation, il ne faut pas paniquer sur une probable modification de la perception car cela n’arrivera pas. Ce qui pourrait arriver serait peut-être l’envie pressante de dormir. Mais, ce risque est négligeable et peut se contrôler au moyen des voies d’administration. Dans une étude réalisée par le journal Cannabis and CannabinoidResearch en 2016, il est martelé que la somnolence ne suffit pas pour qu’on parle de dangers.

Le CBD toxique, vrai ou faux ?

Faux ! Le CBD est une substance qui n’est pas particulièrement dangereuse comme certains pourraient le penser. Selon l’Organisation Mondiale de la Santé, l’on ne peut pas dire sans grande réserve que le CBD est nocif.  A la limite, on peut tolérer une certaine complication qui soit d’ailleurs extrêmement limitée. D’après des études faites sur les souris pour tester la toxicité du CBD, le constat est reluisant pour les humains. Il faudrait, pour qu’une souris ne tombe sur le coup du foie, une quantité journalière de CBD allant jusqu’à 600 mg. Il s’agit d’une valeur qu’un humain est très loin d’atteindre par jour en raison d’une dose de 20 mg préconisée pour ce dernier. Quand bien même un individu en consomme de trop, il n’y aura aucun effet lié à la toxicité sur ce dernier. Pour le moment, ce sont les seules études conduites sur la question. Elles témoignent de la sureté de la molécule de cannabidiol.

Cependant, il apparaît important de rappeler que le cannabidiol et certains médicaments ne font pas bon ménage. Pour cette raison, le sujet qui suit un traitement est appelé à se conformer aux orientations d’un spécialiste de la santé avant de le prendre. Par ailleurs, le foie n’est pas le seul organe indexé pour recevoir des répercussions dues à la toxicité. Il y a le poumon également qui pourrait être endommagé. Toutefois, cette toxicité n’est pas liée au CBD lui-même, mais plutôt à son inhalation.

Existe-il des effets secondaires du CBD ? 

Il est avancé à tort et par manque d’informations plusieurs effets secondaires qui seraient liés au CBD. C’est bien faux ! L’un des effets fréquemment chanté est la dépendance. Or, la dépendance n’est nullement entraînée par le CBD mais plutôt le THC. Comme vous l’avez lu un peu plus haut, le cannabidiol n’a pas d’effet sur le système nerveux. Son intervention avec des récepteurs de l’organisme donne lieu à une hormone strictement différente de celle de THC. Dans un rapport de l’OMS, le CBD a été fortement soutenu en matière d’effet secondaire. Le rapport stipule que certains médicaments ont des conséquences secondaires plus sévères. Ce rapport est le fruit d’une étude qui s’est penchée sur le traitement des troubles psychiques et de l’épilepsie. D’une part, le CBD a été mis en évidence et les médicaments d’autre part. A l’issue du test, il ressort que les effets secondaires n’existent pratiquement pas avec le CBD. Néanmoins, les nausées et la somnolence que l’on peut constater parfois sont sans grande importance vis-à-vis des problèmes sanitaires majeurs. Le CBD se révèle donc comme moins dangereux pour la santé des consommateurs. En 2018, l’OMS est revenue sur la question, vu son intérêt communautaire. Mais sans une surprise désagréable, le CBD est classé comme substance sans risque. Les effets secondaires potentiels du CBD ne sont donc pas à craindre.

Questions relatives :

Le CBD est-il légal ?

Aucune loi n’interdit encore le cannabidiol sur le marché. Cela témoigne tout simplement qu’il s’agit d’une substance légale. Le CBD n’est pas considéré comme un psychotrope, ce qui fait qu’il a sa place dans les habitudes. Dans certains pays, quand la concentration en THC du cannabidiol est au-dessus de 0,2%, aucun problème ne se pose. La raison d’une telle clarification est qu’il s’agit du taux de THC recommandé dans les articles de chanvre. En Europe, par exemple, la valeur du THC doit être inférieure à 1% dans les produits. Il est donc légitime de balayer toute mécompréhension autour du CBD qui n’est qu’à une valeur de mois de 0,2%. 

Cet article pourrait vous intéresser : CBD, légal ou pas ?

Un sportif peut-il prendre du CBD ?   

Le cannabidiol est d’une grande nécessité pour un sportif. Eu égard à son apport bénéfique pour le fonctionnement des muscles, le CBD fait partie des habitudes de plusieurs sportifs. Puisqu’il est sans danger, il est accepté dans toutes les compétitions sportives. D’après une note de l’Agence Mondiale Anti-dopage, le CBD n’est considéré depuis 2018 comme produit proscrit. C’est la seule substance autorisée parmi les cannabinoïdes. Il permet au consommateur d’être concentré et lui évite de stresser au point de compromettre ses chances de battre des records. 

Le CBD n’a rien de désagréable et c’est ce que nous venons d’approuver. S’il lui est attribué quelques inconvénients, nous pensons avoir enlevé toute ambiguïté là-dessus.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.